I should be working #2

  Suite de mes errances buissonnières. Pour une fois, il y aura une suite. Pour le moment… (adage CNV) Aujourd’hui, je couvrais un déjeuner/rencontre autour de Guillaume Richard (PDG d’O2 Care Service), organisé par Isabelle Sthémer, du Club Dojo. N’ayant pas d’autre mission pour la journée, finissant donc ma journée de travail impératif à 14h30, je décide de profiter du reste de l’aprem comme je l’avais convenu deux jours plus tôt. Ma slackline sous le bras, je prends la direction des jardins du Palais Royal pour rejoindre deux amis, Benoît, premier adepte du temps hors travail (déjà cité dans le premier article), et Hanieh, ayant mis récemment un terme à sa collaboration la plus accaparante. L’objectif de Benoît, me voir et dans la mesure du possible, jouer les équilibristes à mes côtés. Celui d’Hanieh, récupérer des photos compromettantes et occuper son après-midi, vide d’occupation jusque là.   D’office, je renonce à prendre le métro. Il fait beau, une légère brise court dans les ruelles du quartier de Saint-Germain et de la Monnaie, chassant le temps lourd de la matinée. N’étant pas sûr, je commence à regarder le temps de trajet sur mon portable, mais celui-ci refuse de m’indiquer le temps […]

I should be working

Aujourd’hui, pour une fois, j’ai envie de me lancer dans un projet photographique qui touche à l’artistique. L’idée de ce projet m’est venue au cours d’une de mes errances numérique, alors que la curiosité et l’ennui me menaient sur le site internet de Katherine Oktober-Matthews. Un rapide regard sur son travail fait rapidement écho à une fin de matinée déambulée dans Paris, avec mon ami Benoît. Tout deux avions un milliers de choses de « mieux » à faire que de marcher, en silences, en questions ou en réponses, sur les bords de Seine, dans des rues sans charmes, par un temps froid et venteux de février. Et à combien d’autres moments de vies, passés à faire « autre chose », seul ou accompagné, le nez en l’air ou les yeux dans le vagues, les mains gelées ou le front en sueur. « Autre chose » que quoi? Travailler… Moi qui suis un procrastinateur émérite, j’ai choisi de devenir photographe. Un métier batard, dont l’acceptation sociale est communément, « un travail cool », quelque chose de pas très sérieux, toujours borderline avec le loisir… Bref, je passe les clichés sur les photographes, j’y reviendrai sans doute plus tard, mais garde mon propre exemple pour construire une réflexion plus […]