Portrait de my self-8700Qui suis-je?

Jeune, photographe, historien, humaniste, voyageur, curieux, patient, adaptable, empathique, à l’écoute, bienveillant, apaisant, épicurien…

Quelle est mon histoire?

Depuis mon enfance, j’ai toujours eu du mal à accepter que les gens ne soient pas capables de se comprendre pour s’entendre sur un bien commun. Comme beaucoup des jeunes de mon âge, ma première réponse à cet autisme social a été de me renfermer sur moi même. J’étais profondément pessimiste, n’avais aucune foi en l’Humanité. Pourtant, je restais quelqu’un d’ouvert, à l’écoute des autres. A mesure que je créais mon propre environnement social, je prenais conscience de cette ouverture, et que les conditions dans lesquelles j’avais grandi avaient développé chez moi certaines qualités : l’écoute, l’empathie, l’adaptabilité, la curiosité, la patience. Fort de cette conscience, c’est finalement une rencontre qui m’a fait entrevoir ce que j’apprenais lentement: regarder les autres sans les juger.

Mon parcours?

Produit hybride d’un parcours scientifique et d’une sensibilité humaniste, j’ai étudié les sciences humaines. Dans le même temps, j’ai voyagé, pour aller à la rencontre d’autres univers, découvrir d’autres cultures. J’ai nourri la certitude grandissante que l’écoute, l’attention et la connaissance de soi étaient des pré-requis à l’entente mutuelle. Je voulais participer au changement du monde, mais le scepticisme m’enfermait dans l’inaction (à la fois par certitude de l’échec et par paresse). Les voyages et les expatriations ont développé ma curiosité, l’envie d’aller voir de mes propres yeux ce que mes a priori m’empêchaient de connaître, me confronter au reste du monde, aux autres, à moi-même. Mais les photos en elles-mêmes ne suffisaient pas. C’est le témoignage qu’elles représentaient et la prise de recul qui les accompagnait qui me nourrissaient le plus.

Mon chemin a alors croisé celui du développement humain. En pleine remise en question, à me demander ce que mon parcours m’avait apporté, et me permettait d’envisager professionnellement, j’ai rencontré creapreZent et découvert les Soft Skills. J’ai construit une réflexion autour de la photographie et de ce qu’elle pouvait apporter comme plus aux pratiques d’accompagnement personnel. J’avais trouvé ce que je cherchais depuis mon adolescence; un moyen d’aider les autres, pour participer au changement que je veux voir dans le monde.

Pourquoi les soft skills?

A mon sens, ce sont les soft skills qui font que nous pouvons créer une harmonie avec nos proches et les personnes que nous rencontrons. J’aime à croire qu’elles sont primordiales, aussi bien dans le monde du travail, que dans notre vie privée. Sans l’attention, nous serions incapables de créer des liens. Impossible de les enrichir sans l’écoute et l’empathie. Où irions-nous sans optimisme, créativité et engagement? Comment s’affirmer dans le monde d’aujourd’hui, sans un minimum de confiance en soi? Comment évoluer pleinement et sereinement, sans la conscience? Ces richesses humaines créent de la couleur et du contraste chez chacun d’entre nous. Elles façonnent nos personnalités. Elles créent du lien, et de la compréhension entre les personnes. Elles donnent du sens à la vie humaine.

Aujourd’hui, je décide d’embellir ma vie en laissant parler ma sensibilité. Je concentre mon attention à mettre en lumière ce que je vois de positif, en apportant mon expertise et ma présence à celles et ceux qui souhaitent un changement en eux et autour d’eux.